actu musique

Revue de Concert : ACDC dynamite le Stade de France …

By  | 

ACDC appartient à la légende du Rock and Roll. Entre des prestations scéniques d’anthologies et une discographie remplie de tubes, le groupe australien est une icône pour de nombreux fans de Hard Rock.  Au crépuscule de leur carrière nous sommes allés voir ACDC au Stade de France à l’occasion de leur tournée mondiale Rock or Bust.  Soyons honnêtes, peu emballés avant le concert, une promotion de dernière minute nous a fait changer d’avis. Et il faut dire que nous ne le regrettons pas car ACDC est vraiment un groupe de live.

Nous allons donc vous faire part de notre sentiment vis à vis de ce concert d’ACDC en essayant de ne pas nous égarer sur l’autoroute de l’enfer des jeux de mots foireux ;).

 

 Revue de Concert ACDC : Angus Young le dernier des mohicans

Angus Young est véritablement l’âme d’ACDC et son talisman. Celui qui s’habille avec l’uniforme d’un écolier montre directement qu’il est le patron. En vrai marathonien du solo, celui-ci va s’appliquer à mettre le feu à un Stade de France déjà acquis. Avec lui pas d’artifice, à l’instar d’un BB King il sera fidèle tout le concert à sa Gibson SG pour nous envoyer dans les oreilles un son reconnaissable entre 1000. A la fin du concert l’intégralité du stade ressort avec du respect pour l’artiste tant son talent est grand et son jeu de scène fabuleux.

Le show a été conçu pour mettre Angus en valeur, entre une nacelle qui le fera monter dans les cieux de l’arène dionysienne et une fin de set principal avec un solo de 15 min sur Let There be Rock. Le diablotin en chef revient ensuite stimuler la foule avec ses cornes du diable pour un rappel qui sentira le souffre.

 

Revue de Concert ACDC : Des diablotins surexcités et des chansons calibrées pour les stades

ACDC a le public qu’un groupe de légende mérite. Des fans mobilisés, prêts à donner de la voix et soutenir leurs héros. L’ambiance est de loin la meilleure que nous avons vu au Stade de France. Entre de multiples Ola et un public qui en gradin reste debout, ce concert avait tous les ingrédients pour nous prendre aux tripes.

La moitié du stade était habillée des fameuses cornes de diable clignotantes, emblèmes d’ACDC, ce qui rend le spectacle phénoménal à la nuit tombée. Imaginez 40 000 paires de cornes scintiller dans la nuit parisienne…

ACDC est un groupe calibré pour les stades, si la Setlist ne doit pas changer souvent, elle a le mérite d’être efficace pour des novices et pour embraser un stade. Tous les hits y passent : Back in Black, TNT, Hells Bells, Thunderstruck, Higwhay to Hell et bien d’autres sont repris par la foule en délire. Le lightshow et les moyens pyrotechniques sont également bien présents pour faire vivre une soirée inoubliable. Entre les feux d’artifices, les coups de canon, la cloche de Hells Bells ou la poupée gonflable Rosie, on en prend plein la vue.

Revue de Concert ACDC : Un ingénieur du Son qui n’a plus d’oreille et un chanteur qui n’a plus de voix…

Il existe cependant deux gros bémols à ce concert d’ACDC. Tout d’abord le son était très mauvais et beaucoup trop fort. Celui-ci n’est jamais exceptionnel au stade de France, mais ici la balance était très mauvaise, beaucoup trop de basse alors que la guitare et la voix sont parfois difficilement audibles. C’est vraiment dommage, car si l’intensité et la qualité musicale sont là, la qualité sonore n’est pas au rendez vous, ce qui pourrait encore améliorer la qualité du concert.

Autre point noir, la voix de Brian Johnson est très fatiguée. Etre chanteur d’ACDC implique un engagement total et aucune possibilité de reposer sa voix. Brian Johnson n’en peut visiblement plus à force d’enchaîner les concerts. Le volume sonore ne doit pas non plus lui permettre de s’économiser. C’est vraiment dommageable car on souffre avec lui et on aimerait parfois qu’il puisse rugir un peu plus fort…

ACDC - Newzikbox

Très sceptique à la base, ce concert d’ACDC  fut pour nous une franche réussite, c’est une expérience musicale à avoir vécue et nous sommes contents d’avoir saisi cette belle opportunité. On se quitte avec un Hells Bells d’anthologie…

 

Passionné de musique depuis ma tendre enfance, j’ai une sensibilité très rock même si je m’intéresse à tous les genres musicaux. Professionnel du marketing et du digital j’aime analyser et prédire les tendances de l’industrie musicale :)

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.