1001 Albums

1001 albums : les 50’s racines de notre musique contemporaine (Playlist inside)

By  | 

Mon expérience des 1001 albums qu’il faut avoir écoutés dans sa vie (en savoir plus) à commencé il y a maintenant deux semaines. Au programme, la  sélection d’albums produits dans les années 50. Pour être honnête j’appréhendais beaucoup cette première salve car très éloignée de mon univers musical. Pour moi c’était comme regarder un vieux film muet en noir et blanc. Finalement, la découverte a été plaisante et il est agréable de se plonger chaque jour dans un nouvel album avec un style et un univers différents.

1001 Albums : Les  50’s posent les bases de la musique contemporaine

Ecouter toute cette musique des années 50 c’est comme se plonger dans un livre d’histoire. Cela permet de  comprendre les bases de notre musique contemporaine. En effet, le Jazz, la Folk traditionnelle, la country ou le blues sont des musiques assez communautaires qui ont influencé nos musiques plus actuelles (Rock, Pop, Rap, Reggae etc …).  On retrouve donc des schémas musicaux qui furent exploités plus tard. La sélection des 1001 albums à avoir écoutés dans sa vie commence donc par un retour aux sources, pour nous donner les clés d’écoute des futures oeuvres.

 1001 albums : Une playlist d’un morceau par album

Pour vous donner un aperçu global de cette écoute, voici une playlist comportant 1 morceau de chaque album pour que vous vous en fassiez une brève idée. Je vous conseille ce voyage musical dans l’Amérique des 50’s 😉 (ou du moins une partie).

1001 albums : Mes coups de coeur des 50’s

Après cette playlist, j’aimerais aborder mes coups de coeurs des 50’s, j’ai privilégié les albums qui pour moi sont les plus homogènes, et qui me touchent le plus. De grands artistes ou des albums fondateurs m’ont ennuyé, même si je comprends comment ils ont pu influencer des générations d’artistes.  Je pense à Here’s Little Richard, aux albums de Frank Sinatra ou encore à This is Fats de Fats Domino. J’ai aimé les voix de Billie Holiday ou d’Ella Fitzgerald mais pas forcément leurs accompagnements musicaux.

Tragic songs of life – Louvin Brothers (1956) – 1001 albums

J’ai eu envie de mettre un chapeau et des bottes de cowboys pour danser sur la country des Louvin Brothers. Ce n’est pas mon style de musique favori mais le dépaysement est total. L’un des deux frères était fou ce qui a été assez préjudiciable pour leur carrière. Cependant, ce disque reste une référence pour les artistes country et folk américains.

Crickets – The chirping crickets (1957) – 1001 albums

Sans doute l’album le plus avant-gardiste du Rock-and-roll. Buddy Holly et ses compères livrent des chansons courtes, intenses et entrainantes parlant de sujets du quotidien. Et si les Beatles n’avaient rien inventé …

Thelonious Monk – Brilliant Corner (1957) – 1001 albums

Même si je n’arrive toujours pas à prononcer correctement son prénom, Thelonious Monk nous offre un Jazz accessible avec des musiciens de folie qui  s’y reprirent à 25 fois pour enregistrer cet album plus compliqué qu’il n’y parait.

 Sabu – Palo Congo (1957) – 1001 albums

C’est l’ovni de cette sélection. J’ai longtemps hésité pour choisir un des albums Jazzy Latin des 50’s. Mais celui-ci provoque en moi comme des pulsions animales. Je ne peux m’empêcher de bouger tout mon corps sur les rythmes de Sabu. Je pense que vous ne résisterez pas non plus.

Sarah Vaughan – Sarah Vaughan at Mister Kelly’s (1958) – 1001 albums

On change de registre avec la voix de velours de Sarah Vaughan. Ici, le temps s’arrête avec ce Jazz planant qui accompagnera aussi bien une réception entre amis qu’un repas romantique (cf Playlist Saint Valentin si vous recherchez plus de chansons de ce type)

Miles Davis – Kind of Blue (1959) – 1001 albums

Classique parmi les classiques, Kind of Blue est une parenthèse enchantée de 45 minutes. Dites-vous en l’écoutant que les musiciens découvraient les partitions au moment de les jouer et qu’ils n’enregistrèrent  ce chef-d’oeuvre qu’en 9 heures.

The Dave Brubeck Quarter – Time Out (1959) – 1001 albums

Les critiques Jazz ont descendu cet album trop grand public mais on peut remercier Dave Brubeck pour ce standard du Jazz. Le Big Band s’amuse à jouer dans des tempos impossibles, ces chansons aux noms improbables, mais la magie opère et je le conseille à toutes les personnes allergiques au Jazz.

 1001 albums : L’expérience continue

La première partie de mon périple musical touche à sa fin. Je vous laisse pour continuer mon expérience et attaquer les 60’s. Rendez-vous dans deux semaines 😉

Passionné de musique depuis ma tendre enfance, j'ai une sensibilité très rock même si je m'intéresse à tous les genres musicaux. Professionnel du marketing et du digital j'aime analyser et prédire les tendances de l'industrie musicale :)

1 Comment

  1. Pingback: 1001 albums quand les légendes n'en n'étaient pas encore

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.